Radio Dianoga: On est ici et on vous voit

--- Bon alors les petits scurriers ? ça vous fait quoi la liberté ? Nous non plus on a pas l’habitude, ça nous fait tout bizarre bizarre comme une holo où Sa Grande et Magnifique Seigneurie Merveilleuse Vador sourirait. Ouais hein… malsain un peu. . --- On suppose que vous avez tous vu la belle retransmission en provenance de Damperio concernant l’avenir du secteur. Ça devait être super intéressant mais…NOUS on a relevé un truc que PERSONNE n’avait vu. Blast ils ont du matériel pour retransmettre les damperis ! Mais qui sont-ils vraiment ?--- Notre point hebdomadaire sur la flotte rebelle de Riva. Depuis que l’Empire a décidé de se barrer de chez nous, ça doit être très calme. Voir même ennuyeux . Du coup on se disait que ça serait sympa de commencer à tourner un mélange entre « Vaisseaux en perdition » et « Les feux de la Passion de Correlia ». Un truc passionnant qui se passe au sein de votre flotte. Histoire de pas trop rester sans rien faire et sans but quoi (on est pas la cour de Sa Splendide Lumiere Brillante Palpatine) … Et puis avec le temps ou vous êtes resté impériaux l’air de rien, on sait que vous savez jouer la comedie. --- Notre décompte des semaines sans intervention de Jolina Khannt voulant nationaliser-redistribuer-gueuler sur les nobles-emmerder des nucléaires est aujourd’hui à 6 semaines. Oui on sait, c’est du jamais vu et c’est impressionnant. Non. On a demandé à ses parents l’air de rien, elle est pas morte.–--- Transmission terminée. Vous pouvez revenir à vos activités prescrites par le ComPorn. ---

05 août, 2017

Lumières et eau croupie / IKVDR 11


 Échange entre Jo et un membre de sa compagnie de mercenaire. - Orbite de Balosar- 5h15 AM heure locale. 

«  Tu vois Balosar c’est une putain de planète pourrie. Sans déconner.  

Le climat est merdique, la pollution bouffe le permabeton, empoisonne l’eau, les gens.

Tout est crade, les locaux ont des ist contagieuses et incurables pour nous...

Y a pas de beaux quartiers sur Balosar, juste des baraques sympa aux milieu d’apparts entassées et insalubres et de flaques d’eau croupie. 

Et puis Balosar c’est la planète des épices, des bâtons de la mort, de tout ce qui s’injecte, se fume, s’avale, ou même les trois à la fois. Là-bas tout le monde consomme, il y a plus de tox sur Balosar que de symboles impériaux sur Coruscant. 


Toutes les espèces, tous les âges.  Dans les cantinas, dans les encadrures de portes, dans les clubs,  partout. 

C’est du no-limit. Les gens viennent pour se défoncer et vivre des trucs qu’ils vivraient pas ailleurs. Généralement ils ont ce pour quoi ils sont venus et même au-delà… ça se finit pas forcément bien mais je crois qu’ils viennent un peu pour ça aussi.  

Là-bas on dirait qu’il fait tout le temps nuit, ça clignote de partout, ça t’attire dans des clubs à la musique hurlante, dans des clubs de strip-tease, dans des bordels, dans des fumeries.  Au milieu tu as quelques trucs artistico-trash… tu bouffe de la merde synthétique ou des plantes qui ont jamais du voir le soleil. 

Les alcools te déchirent la gueule ou sont tellement coupés aux épices que tu sais même pas ce que tu bois et parfois sur qui tu le bois. 

Ouais, Balosar c’est ça… 

Généralement les gens biens adhérent pas.

Moi tu vois, j’accroche.  J’accroche aussi fort que les premieres minutes de la montée du premier stim.  

J’aime parce que c'est fort et ça ment pas. 

Le gens là-bas mentent pas. 

Ils savent pourquoi ils sont là. Ils savent comment ça commence et comment ça finit. Ils savent que la seule chose qui va faire la différence c’est le chemin entre les deux points. 

Rien ne ment. Les trucs crades sont crades, les putes sont des putes, les tox sont des tox et quand tu vas dans un club c’est généralement pour finir par lécher une épice quelconque sur la poitrine d’une danseuse après avoir bu assez de mauvais lum pour ne même plus savoir si l’épice ou la fille est compatible avec ton espèce.  

Là-bas t’as pas de nom, on s’en fout.  Là-bas t’es suffisamment personne pour pas avoir besoin de maintenir des façades et finalement être autre chose que toi. C’est pas toujours brillant hein.. mais au moins les choses sont posées et faut faire avec. 

Et on est tous logés à la même enseigne, rien sort de la boue, on y nage tous. 

Alors c’est sûr, l’environnement est merdique, l’espérance de vie courte et les rapports avec les autres pas simples,  mais là-bas au moins, au milieu de la fange on est tous égaux pas vrai ? 
On peut pas se cacher des pires côtés de nous même …  

T’en connaît d’autres toi des mondes où ça existe ça ? »



08 juillet, 2017

Méthode et point de jonction / IKVDR 10


Extrait d'un échange entre Jo et un agent spécial des Renseignements impériaux - Balosar- 02h17Am heure locale

« On se connaît pas bien p’tit gars. Du moins à première vue. On vient de se rencontrer et finalement on sait rien l’un de l’autre.  Un nom, un boulot, un endroit...

On va se baser sur quatre trucs pour savoir si ça va coller ou pas, si on va faire un bout de chemin ensemble ou si on va juste partir chacun de notre côté. Tu vois c’est pas si compliqué finalement. 

Par exemple, toi… Si je te regarde deux minutes.. je vois un mec à peine plus âgé que moi. Un enfant de la fin des guerres noires, de ceux qui ont vu naître l’Empereur qu’ils connaissaient Chancelier. 

Avec ton accent Corusci et ta nostalgie du triple 0,  je dirais que ça a dû marcher toute l’imagerie de la Roue. Le truc qui unifie tout ça… Coruscant c’est plus 10 000 planètes en une avec 10 000 identités différentes.  Ça peut foutre un peu le vertige quand on y pense.. ouais.. la Roue et les uniformes ça a dû marcher. Et le sens aussi.  

Les Guerres Noires vues de Coruscant ça devait être bizarre. L’angoisse de savoir qu’on était un enjeu plus que majeur et que chaque défaite rapprochait la vague de violence… le truc qui par nature n’a aucun sens.. 

Et l’Empire arrive et là.. du sens. Sur un plateau. Du sens, de la méthode, de l’efficace et des certitudes.  

Ton genre de truc. T’es du genre à aimer les trucs faits correctement toi. Sinon tu n’en serais pas arrivé là… on est rarement dans les services de renseignements du Trône par accident… 

Ce job, c’est eclairant sur toi...Je dis même pas qu’il faut être fanatique pour le faire …franchement je pense pas.. mais faut être putain de lucide sur ce dont les gens sont capables et savoir se foutre à leurs places pour les anticiper… c’est pas fréquent.  

Les gens qui se disent lucides dépriment souvent.. c’est parce qu’ils se connaissent pas bien en amont. Quand on se connaît bien on sait de quoi on est capable, du pire au meilleur, et on apprends à être indulgent avec soi même et à tempérer les opinions tranchées sur autrui.  

Toi, tu déprimes pas. Très du genre à te connaître et à savoir où tu as les pieds.  
Ça me plaît… c’est rare et ça me plaît.  

Je crois que j’aime bien ton approche de la vie.. de ton job. Très perfectionniste, impliqué dans ton truc par principe et par raison.. par pour un truc émotionnel à deux crédits ou par idéologie.  T’es du genre à aimer les trucs à leurs places… moi aussi tu vois. 

Je voudrais pas de ta vie. Tu voudrais pas de la mienne. Pourtant quand on regarde de plus près, on fait les trucs de la même façon et pour les mêmes raisons… c’est beau quelque part vu tout ce qui nous sépare…

Ouais tu me plaîs Agent-du-Trône… j’aime nos points de jonction.. le reste c’est du détail. »

08 mai, 2017

Horizons et métal- Flotte de Riva / IKVDR 09

Propos tenus par Jo - Ikvander - 15h07 heure locale


« - J’ai toujours dit que j’étais une enfant de l’Empire… C’est toujours le cas d’ailleurs, même maintenant avec la Rébellion et le reste... 
J’ai grandi sur une planète impériale, étudié dans des écoles impériales, fréquenté des gens qui, comme moi, vivaient et appliquaient les lois de la Grande Roue.

J’ai vu depuis gamine les forces impériales déployées ça ou là, pour la sécurité, la protection, l’ordre quoi…
Et je ne comprenais pas super bien le truc. Je ne voyais pas d’ennemis donc bon… 
Quand on est gamin on pense toujours que l’ennemi il est VISIBLEMENT un ennemi. Déjà il est forcément pas corellien et il regarde méchamment tout ça. Et il veut faire mal à tout le monde. Et c’est même pour ça qu’on a des vaisseaux au-dessus de nos villes et des soldats de chocs dans nos rues.
Et même que c’est grâce à ça que j’ai jamais vu les vilains ennemis.
C’est comme ça qu’on le voit quand on a moins de 6 ans.

Et ensuite on s’y fait. Aux casques blancs, aux vaisseaux. On trinque même quand il y a des mutations chez les commandants, c’est dire.

On se restreint, on sait quand on doit s’arreter de parler et quels sujets éviter. On sait que certains endroits sont contrôlés activement et que c’est pas le moment de passer par là avec la cartouche son interdite qu’on a dans notre sac. On apprend à se faire passer les textes d’un intellectuel revendicatif sans se faire coincer par les mecs en gris… On apprend quoi.

C’est normal, c’est le jeu. On compte les vaisseaux en se levant le matin, on écoute les infos locales pour savoir comment se porte la flotte en orbite. Est-ce que les officiers du vaisseau amiral vont à nouveaux avoir une permission ?

On vit avec, on grandit avec, on fait notre vie avec. Les tonnes de métal au-dessus de notre tête, c’est un peu nos satellites. J’ai presque l’âge de l’Empire et la majorité de ma vie je l’ai passé avec une flotte sectorielle dans les parages prête à obéir d’une seule voix à tout ordre venant de Coruscant ou de la capitale sectorielle. Quelque chose au-dessus de toi qui rétrécit l’horizon et empêche tes yeux d’aller plus loin…

Et puis un jour ça bascule.

Ils ont fait désertion. Un désertion nette, claire sans ambiguïté.

Et sur le coup on comprend pas ce que ça implique pour nous. Ouais même pour moi, rebelle, anar, terroriste et même plus selon l’Empire.

Mais d’un coup, j’entends que les tonnes de métal au-dessus de nos têtes ne vont plus obéir aux ordres de gens pour qui nous ne sommes rien, mais vont protéger ce secteur.

Et je regarde le ciel et d’un coup, d’un coup, je vois le soleil.
Et je ressens un truc que je ne connaissais pas.
Je n’ai plus peur.
Comme si quelque chose que je ne savais pas être là venait tout juste de partir et que ça allait foutrement mieux.

La flotte de Riva est née de notre Secteur, des hommes et femmes qui y ont été affectés, qui s’y sont installés, mariés pour certains.

L’Empire a oublié que les tonnes de métal étaient dirigés par des gens.

Et eux, ont choisi de libérer l’horizon.

De ne plus obéir à ceux qui voulaient faire d’eux des machines à tuer.

Ils ont choisi la vie et ils nous ont rendus libres de regarder plus loin.

Depuis j’ai pas toujours été d’accord avec leur commandement.
Mais je crois que j’ai rarement été fière de mon secteur que ce jour-là. Je crois que j’ai rarement vu un acte aussi courageux et aussi fort que la désertion de ceux qui deviendraient la flotte de Riva.


Ils ont permis que les gens apprennent à ressentir de l’espoir en voyant des vaisseaux arriver. C’est un grand cadeau pour nous, enfants de l’Empire. Et une revanche incroyable sur le symbole que la flotte impériale était censée porter : mort, destruction et oppression.

Je sais qu’on a pas toujours la flotte et les officiers que l’on mérite... mais j’espère que nous, dans notre secteur, on sera à la hauteur de ceux qui risquent leurs vies tous les jours pour que l’on puisse rester libres et que l’on puisse continuer à se battre pour que le reste de la Galaxie puisse l’être aussi. »



15 avril, 2017

Grains de sables et silence / IKVDR 08



 Enregistrement audio automatique de sécurité – 3h17 AM – Localisation Système Goika- Vaisseau : Main du Titan


« - Ouais, je suis partie sur Kijun pendant un moment… Et ouais, j’ai fait ça au milieu de trucs en cours…
J’y arrivais plus, tu vois ?

Les gens autour pensent que parce que tu sembles fonctionnelle, tu es fonctionnelle… c’est aussi stupide que de penser que parce que quelqu’un à l’air compétent, il l’est.

Je dormais pas bien… rapport aux cauchemars tu vois… je me tapais presque deux heures de médiations par soir pour arriver au final, à mal dormir quatre heures.

Puis j’ai commencé à prendre des trucs. Des stims et autres trucs plus ou moins légaux, histoire de tenir le coup pour le manque de sommeil et la fatigue…la clarté d’esprit aussi.

Me regarde pas comme ça.. t’étais là. Si t’as pas vu ce que je cachais pas, c’est que tu voulais pas voir.

Bref, quand j’ai vu que c’était hors de contrôle, j’ai essayé de me sevrer à bord, mais trop de trucs tout le temps. Impossible de me concentrer avec les demandes constantes. Et ma vie perso qui partait un peu dans tous les sens aussi… ça aide pas je crois.

Alors j’ai juste décidé de foutre le camps là où je savais que je pourrais gérer tout ça.
Et Kijun pour moi  c’est juste parfait.

Tu sais Kijun, la planète désert. La ou chaque grain semble du même bleu. En fait c’est pas vrai… Chaque grain a un bleu diffèrent. C’est ensemble qu’ils ont l’air uniforme.

Là-bas, les gens posent pas de questions en dehors de une seule.. « Pourquoi tu es là ? ».
Et bien ça aide.
Ils te laissent du temps pour y penser, ça presse pas. Ils exigent rien.

La première semaine, ils ont captés pour moi. Ils se sont occupés de mon apprentie l’air de rien. J’ai passé 6 jours à grelotter, à claquer des dents, en boule dans mon coin et a vomir les quelques trucs que j’arrivais à manger. Un vrai sevrage de tox quoi.

Je me suis cleanée . Là aussi.. aucune question. Juste l’un ou l’autre qui apporte de l’eau, une soupe.. bref.. on prend soin des autres.

Les jours passent, et dans les caravanes tu fais ton boulot, tu échanges, tu fais ta part. Tu vis à un rythme unique. Celui qu’il faut. Pas de bruits superflus, de sollicitations... Juste toi, les gens avec toi, et le calme. Rien que ça.

Ensuite ça s’est mieux passé pour moi.

Je formais Amik sur tout ce qui se répare et comment on le répare, c’était simple et bien. C’est une chouette gamine. Vraiment.

Et je dormais. Ouais, là-bas je dormais. Six heures en moyenne, parfois plus. Et mes cauchemars avaient disparus.

J’ai jamais cru que c’était fini , mais ça m’a donné le souffle qu’il me fallait.

Je savais que le moment de revenir dans la galaxie allait arriver. Que j’avais pas vraiment le choix. 

J’appréhendais un peu. Pas envie de repartir sur les nuits trop courtes et les cauchemars qui tournent en visions dégueulasses… Mais c’est comme ça, c’est la vie. Ou plutôt c’est ma vie.

On ne peut pas toujours rester à compter les grains de sable et a écouter le silence.


Mais parfois, le soir, la nuit, ouais… ça me manque. Le désert, les gens, le souffle du vent sur les dunes... ouais. Ça me manque. »

09 avril, 2017

Corporation Khannt-Jenth - Construire votre projet, avec vous, pour vous.

Corporation Khannt-Jenth

Issues d’un savoir-faire centenaire et de la passion de tout un secteur pour l’excellence, les industries Khannt-Jenth proposent des solutions uniques pour chacune de vos problématiques de colonisation, d’industrialisation, de transport collectif ou individuel où que vous soyez. 






Sa position stratégique dans la bordure médiane mais également aux portes de la bordure extérieure, permet aux industries Khannt-Jenth de couvrir une large zone et ainsi de faire bénéficier à ses clients des meilleures matières premières, mais également de la meilleure prise en charge d’installations et de service client du cadran.



Avec un taux record de réactivité de son service R&D, les industries Khannt-Jenth étudient avec les meilleurs experts, tous vos projets afin de vous fournir des solutions clé en main au meilleur tarif. 

Parce que chez Khannt-Jenth nous savons que chaque planète, chaque population, chaque problématique est unique, nous souhaitons développer, dans le respect des normes galactique, des solutions faciles d’accès, technologiquement à la pointe mais également avec des possibilités d’entretien diversifiées.



Avec la corporation Khannt-Jenth ce sont des milliards d’ouvriers, techniciens, ingénieurs, coordinateurs, chercheurs, scientifiques, universitaires qui se penchent sur vos projets avec un seul objectif : Construire votre projet, avec vous, pour vous



01 avril, 2017

Radio Dianoga: Aussi sérieux que la roue impériale (archive)

Alors alors, ça chauffe dans vos pantalons ? Vous ressentez la chaleur du noyau ?
Nous ici on a l’impression d’être aussi chaud que les soirées sur Cceruna depuis que Coruscant nous a envoyé l’Emissaire Pa’Zon.

C’est vrai que quelque part on le méritait. Fallait contrebalancer l’absence totale d’a peu près tout du Moff Sigmar. Parce que le voir chaque jour comme on nous l’inflige, même nous on a pas mérité ça.

Bref, les services hospitaliers d’Ikvander sont débordés a cause de l’afflux massif de femelles de toutes les espèces déclarant être tombées enceintes de Pa’Zon d’un simple regard.
Soyons assurés que ceci contribue à son ancrage pérenne dans le secteur !!!

Des nouvelles de Damperio pour une fois, ou le Gouverneur en place a décrété qu’il se portait candidat à la succession du Moff Sigmar quand il finirait ou par disparaitre ou par passer à la Rébellion, si et seulement si, nous étions prêts a accepter que les bureaux du Moffinat se déplacent sur Damperio et ne fonctionnent qu’avec des documents sur papiers et messagers physiques. Nous souhaitions le rassurer sur l’accueil de sa candidature mais finalement on a rien trouvé de positif à lui dire. Sans rancune Gouverneur !

Nous sommes aujourd’hui 458 652 147 signataires de la pétition sectorielle demandant au commandant Kaymer de bien vouloir sortir de son silence rebelle et de nous transmettre une holo de son carré d’officier et lui-même en sous-vêtements pour notre calendrier de la flotte. Espérons qu’à 460 000 000 le Commandant se laisse émouvoir !

Conseil Jedi du Jour: N’oubliez pas de manger chaque jour un produit de Fegori, votre digestion sera facilitée et vous aurez le teint aussi frais qu’un Jedi !

---  Transmission terminée. Vous pouvez revenir à vos activités prescrites par le ComPorn. ---

Combustion et murmures/IKVDR 07


Enregistrement audio automatique de sécurité- 2h41 AM - Localisation inconnue - Vaisseau: Main du Titan- 



« - Mes cauchemars… C’est pas très marrant mes cauchemars comme sujet... C’est comme tu veux hein…

Mais j’aime pas trop comme on me regarde après.
Il y a toujours un truc au fond du regard.

On verra bien pas vrai ? J’ai rien à cacher, et puis avec les réveils que je vous colle quand je hurle au milieu de la nuit…

Ça fait une dizaine de mois, ou p’tre bien un an que ça a commencé.
Les docs semblaient penser que ça aurait dû commencer avant.
Probablement au moment où j’ai disparue dans les prisons impériales. Cette blague…

Je crois que tout le monde parle de cauchemars parce que ça les arrange.
C’est un truc compréhensible. C’est « raisonnable » …
Même moi, ça me va quelque part ce terme, ça évite de parler d’autre chose.  

Mais je sais que c’est pas juste des cauchemars.

J’pense que ce que je vois la nuit, c’est le distillat des pires côtés de la Galaxie, ceux qui étouffent, ceux qui font que les poils de ta nuque se hérissent sans que tu puisses savoir pourquoi quand tu rencontres quelqu’un ou quand tu es mal à l’aise quelque part ce qui font basculer tout ce qui peut être bien aussi…
Ouais, ce genre de trucs. Ce qui peut t’empêcher de dormir parfois alors même que tu sais pas pourquoi.

Ben voilà. Moi je sais pourquoi.

Je vois des trucs. Je sens des trucs. J’entends des trucs. Dès que je ferme les yeux et que je commence à m’endormir… ça m’accompagne, ça me cherche aussi…
Et ces trucs parfois, ils arrivent, parfois ils sont déjà passés, et parfois ils sont juste rêvés très fort… mais pas par moi, non, par des gens pas très sympas… mais je les perçois, comme si c’était juste là, s’ils étaient là, à coté de moi, de vous.   

Et puis, ça résonne chez moi. J’crois que ça résonnerait chez n’importe qui d’ailleurs… Mais les trucs que je vois… je les vois souvent comme si c’était moi qui le faisait.

Tuer, torturer, répandre la douleur, la violence chez tout un peuple ou une planète, annihiler tout espoir, toute possibilité que ça se finisse bien,  et surtout, surtout… ne rien ressentir comme regret ou comme rejet de tout ça…
Ceux qui font ou rêvent tout ça… ils sont satisfaits. Ouais. Ils sont heureux de tout ça.
Ça leur apporte un contentement, une flamme, que je capte pleinement sur le moment. 

Ça serre juste ici, sous le sternum. Mais ça fait pas mal. Ça porte.

… Ah ben voilà... ça commence le regard qui change… t’inquiète pas. J’ai l’habitude. Je fais avec.

Je crois que ces gens-là ont du pouvoir. Du vrai pouvoir individuel. De celui qui peut changer et influencer les choses et vraiment pas en bien. C’est pour ça que ça résonne. Parce que des traces de ce truc, il y en a partout, tout le temps. Surtout en ce moment.. .depuis l’Empire je pense. Depuis l’Empereur en fait.
Je crois que toute la Galaxie rêve comme moi, mais que tout le monde ne le voit pas. Les gens oublient au réveil, ou rêvent moins fort. Ça les teinte juste…

Je sais pas pourquoi moi je vois tout ça. Je sais pas pourquoi ça s’arrête pas chez moi… J’ai parfois des pauses quand je m’isole de tout. De la galaxie quoi... pas pratique si on veut avoir une vie.

Mais du coup, même réveillée, je reconnais ça. Cette sensation, ce malaise. Chez des gens, sur des choses. Je capte comment ça brûle tout, comment ça consume et comment ça peut susurrer aux oreilles l’air de rien. Je vois mes cauchemars les yeux ouverts quoi…

Finalement, je me demande… c’est peut-être moi le problème. Peut-être que je suis juste trop perméable à ça.
J’ai juste peur que  « ça » en profite. Ouais, « ce » qui vit de ça, « ceux » qui vivent de ça, dans les ténèbres, qui s’en nourrissent et les nourrissent…
Ah j’ai pas encore parlé de ça ? Pas grave… c’est un détail presque…

Il y a des choses, des gens, dans les ténèbres tu sais… et ils savent que je suis là, et que je devrais pas y être… Ils me cherchent parfois, ils veulent me voir et voir ce que je vois. Quand je médite assez, ça passe pendant quelques temps…

Je lâche pas, je continue, je les feinte, je me bats… mes nuits sont pas tranquilles quoi… mais ça m’atteindra pas. Pas comme ça. Pas sans que je me batte…

C’est un peu ma seconde vie quelque part… j’en fais mon affaire. Une guerre dans la guerre… l’ancien Jedi saurait de quoi je parle.. Ouais…

Me regarde pas comme ça… ne t’inquiète pas. 
Rien de ce qui vit dans l’obscurité ne résiste à la lumière… Fowle a été un exemple de ça. 

C’est une guerre qu’on peut gagner… que je peux gagner…

Va te coucher maintenant, j’ai encore des trucs à terminer avant que ça soit mon tour de dormir. 

Des trucs à faire, des choses à ranger, à arranger… 

Enfin,  tu vois quoi… »

23 mars, 2017

Les digressions de Jo: Speeders et sobriéte

Quand on est riche depuis pas trop trop longtemps, on a parfois le crédit tube qui démange aussi fort que le résultat d’un passage dans un bordel de Nar Shaddaa. 

On a parfois envie de se payer des trucs qui ont toujours paru inaccessibles et qui d’un coup peuvent être enfin à nous. 

Et là on est face à deux types de personnes : 
Les premières qui ont du goût et les autres. 

Le Speeder de luxe Zisparanza LuxurPort s’adresse clairement à la seconde catégorie.

Même les mauvaises langues n’arrivent pas à savoir si c’est un très brillant coup marketing d’Ubrikkian Transports pour toucher une clientele vaste et délaissée (Ubrikkian qui se pose là sur la conception de speeders et barges quand même), ou alors un foirage total du au recrutement d’un fils ou fille d’un directeur de probablement 12 ans (recruté.e sûrement pour ses compétences). 

Ubrikkian Transports


Pour brosser le tableau (je vous passe le visuel parce que je vous aime bien) : 

Le Speeder de luxe Zisparanza LuxurPort a quand même ses qualités, avec ses presque 13 mètres, et un seul pilote nécessaire, il permet de transporter très confortablement 8 passager et une demi-tonne de bagages, ce qui est très respectable. 
Avec son cockpit à moitié ouvert, il peut même offrir des balades sympas à 200 km/heure. 

Ça c’est les points positifs… et on arrive au reste. 

Pour une obscure raison issue d’un esprit torturé quelqu’un, quelque part, a dit « Et maintenant on passe la seconde… »

Passons sur le fait qu’initialement le speeder devait être revêtu de bois Arc-en-ciel alderannien… 
C’est déjà une idée aussi stupide qu’un couple de gizka comme mascotte dans un cockpit de TIE, mais admettons… 

Qu’après le soucis de "cohésion planétaire" de la dite  Alderande, les mecs aient quand-même essayé d’en trouver assez pour la production, et ce même pas trop discrètement, ça interpelle et commence déjà à donner le ton… 

Comme ils en ont pas trouvé assez (sérieusement.. ils s’attendaient à quoi sur ce coup ?), ils se sont dit « qu’est ce qui vaut plus cher qu’une nuit avec Ysanne Isard, qui est aussi motivant, et tout aussi oubliable ? » 

Le bois Greed du système Pii…

Un truc pas rouge non… écarlate. 

Régulièrement Monsieur Palpatine balance des démentis disant que c’est pas le systeme natal de ses gardes, pour vous dire la discrétion ultime du truc. 

Par-dessus les 12 mètres écarlate de ce Speeder  (que bien-sûr on peut poser dans n’importe quelle zone de stationnement d’astroport sans rien risquer tellement c’est discret), les mecs ont rajouté le truc qui tue plus vite que le grand oncle Boba… 
Des finitions (comprendre toutes les finitions) en argent chromé… toutes. Il parait que c’est joli parce que les lumières de la ville se reflètent dessus. 

Perso, j'me dis que si je suis éblouie par une connerie pareille je me demerde pour la faire sauter.. Je dis ça, je dis rien… 

L’intérieur est… à l’unisson avec l’extérieur … on peut au moins les féliciter de leur constance…
Ça brille… beaucoup. 
Et il y a des trucs inutiles. Et du cuir à des endroits stupides et aberrants… et des décos en cristal.  Brillantes. 

Évidement tout ça, ça chiffre… donc le public des gens aux goûts discutables à été assez réduit.  

Comme aucun être doué de goût et de raison ne semblait vouloir de ça, le modèle s’est vu adopté par des malandrins et gangsters de tout bord, qui pour une obscure raison semblent trouver un attrait tout particulier à ce modèle. 
(Avis perso : ça ressemble aux modèles des holosvidéos de gangsters de quand ils étaient petits… et ça c’est pas vraiment un bon repère pour ses achats d’adulte. Surtout quand ça dépasse le prix d’un vaisseau de transport) 

Bref, si je devais résumer ce modèle en quelques mots je dirais :

 « - Vous voyez ce que c’est que la sobriété ? Ben là, c’est l’inverse ».

11 mars, 2017

Radio Dianoga: la radio sans bla bla bla

Hello mes petits mynocks pleins de Sienar ! Ça volette par chez vous ?

Nous on a décidé de communiquer sur ce qui fait tant parler ces derniers temps : la fameuse base rebelle. 

Comme on a pas envie que Kinnal vienne nous dire qu’on soutient la Rébellion, on va essayer de vous faire un petit résumé des communiqués officiels pour que vous puissiez vous la jouer informé au bureau, à l’usine, avec vos collègues qui plantent du behot ou dans les prisons secrètes du BSI. 

Alors vos êtes aussi prêt qu’un commercial kalabrien le jour du de stockage ? 

On commence avec l’Empire

"On est super super forts. On a réussi à se perdre assez pour trouver une base sur une planète paumée où il n’y à rien. On est super contents parce que ça coûte une blinde de crédits de chercher et qu’il fallait bien avoir des résultats au bout d’un moment car ça commençait à être louche. 

Donc on a trouvé la base rebelle et on a pas capturé les chefs, ni même les Rebelles présents parce qu’on a été grillé question discrétion par la SUPER MEGA taille de nos destroyers. 
Par contre c’est trop génial parce qu’on à récup 34 taun-taun, 2 scandocs, 4 memsticks, 2 cartouches de bâtons de cendres et une doudoune marron. 

Par contre tous les rebelles se sont dispersés et vont nous retomber sur la gueule plus tard mais c’est pas grave car on aura été relevés. 

Gloire à l’Empire ! "

Et la Rébellion

"Bon faut savoir maintenant ! On nous dit qu’on emmerde et qu’on fait que mettre du bordel partout et que d’abord Mothma et Organa elles font que embêter les gens, alors nous on s’installe dans un coin perdu sans aucun autochtone à  qui casser les glandes reproductrices, et Paf ! L’Empire débarque.  

Alors déjà on veut dire qu’on est pas d’accord parce que maintenant qu’on a du partir, on va devoir continuer tout pareil qu’avant mais à plus d’endroits et bon on est des gens d’habitudes.  
Tout ça parce que l’Empire à tout cassé notre cabane. 

En plus on voulait vous laisser des gens avec qui on aime pas trop jouer aux rebelles, mais non ! Fallait que vous laissiez filer tout le monde. 
Ben bravo quoi… ça valait bien la peine de venir nous trouver si c’est pour faire ça.
On vous préviens, si ça continue on joue plus avec vous ! 

Que la Force bla bla bla… " 

Vala… a Radio Dianoga on veut pas prendre parti pour l’un ou pour L’autre parce qu’on les aime tous les deux pareils.  

----------------
Flash spécial en provenance de Kirendex. 

Donc on a enfin réussi à avoir un communiqué de Ruu l’Impérial Honnal (qui a une spéciale dédicace d’un certain Ottus «  Ruu je te kiffe toujours autant, bro ! Change pas ! ») qui a décidé, après un long siège sans résultats, de suivre l’exemple de Coruscant en bombardant une zone sans intérêt pendant que des rebelles partaient en rigolant. 

Donc citation : 

- Coupez cette communication ! Coupez cette communication ! 
- Mais.. Mais. . Comment vous avez pu avoir cette fréquence militaire ??! 
- Mais pourquoi ça coupe pas Vidar ! Mais pourquoi ça coupe pas ! 

Voilà.  On espère que ça vous éclairera pas mal sur la situation géopolitique et économique dans le secteur islak. 

--- Transmission terminée. Vous pouvez revenir à vos activités prescrites par le ComPorn---


07 mars, 2017

Paix intérieure et jargon


Enregistrement effectué par Jo- Station rebelle Nebula 34 - 4.52 Am heure locale
Traduction de Jo en piece couplée 


"- J’m’appele Akar Délin, au moins pour cette semaine. Mon équipe et moi on est des mines de cuivre. C’est nous qu’on appelle pour des tir à mille jusqu'aux tirs à un million. 
On a nos façons de faire sur le terrain. On est polyvalents, jouets, provisions, frags, dat.. 
On essaye d’avoir ce qu’il faut ou on détourne.  On nous appelle aussi bien pour chasser la tête que pour faire un sens figuré. 
Que l’ennemi soit un BUG ou un JUR d’ailleurs. 

La dernière fois on était sur une mission coquette, un truc à 1% ... 

On avait des hommes gris dans une base qui allaient interroger un orphelin très muet.
Le problème c’était les garçons en blanc et les Tump-Tump.. Sans compter l’Esprit impérial déjà sur place. 
Bref, on a réglé ça en faisant comme d’habitude, grâce à notre paix intérieure.

On a envoyé un speeder de commandement porté plus tôt se trônner sur la porte. Le tout rempli de billets de vacances. Les soldats en plastiques étaient moins collants après ça. 
Un de nous avait réussi à porter un Tump-Tump et jouait à bloquer les autres dans leur hangar. 

On a pu avancer un peu et on est tombé sur le placard à provisions .  Du coup on s’est servi un peu et on a pu progresser jusqu’au bloc à feu d’artifice . Après avoir provoqué une surtension et généré l’ordre d’évacuation, on a plus eu qu’à aller cueillir notre orphelin très muet et notre Esprit impérial a la sortie. 

On a eu de la chance car malgré son ouvre-boîte, le pauvre gars était pas prêt pour encaisser un gros coup sûr la tête de la part de notre fait.
Au final on c’est dit qu’on avait fait un sens figuré .. Surtout à la fin quand on a fait demi tour pour faire sauter la base.. Mais faut admettre que c’était marrant..."

Akar Délin, capitaine d'une équipe d'Opération spéciales de l'Alliance Rebelle. 

Traduction en basic

"- J’m’appele Akar Délin, au moins pour cette semaine. Mon équipe et moi on est des membres des Opérations spéciales de l’Alliance. C’est nous qu’on appelle pour les missions où les chances de survie vont de 10% à une sur un million. 

On a nos façons de faire sur le terrain. On est polyvalents, armes lourdes, armes de contacts, grenades à concussions, détonateur thermal.. on essaye d’avoir ce qu’il faut ou de se le faire offrir par des alliés sur place ou d’en récupérer chez l’ennemi. On nous appelle aussi bien pour du millimétré que que produire du dégâts dans les plans ennemis. 
Que l’ennemi soit un Wampa sanguinaire ou un Garde impérial d’ailleurs. 

La dernière fois on était sur une mission extrêmement risquée, un truc à 1% de chances de réussite.. 

On avait des agents de RI dans une base qui allaient interroger un de nos agents qui lui détenait de sacrées infos. 
Le problème c’était les soldats de chocs et les TB-TT. Sans compter l’inquisiteur déjà sur place. 
Bref, on a réglé ça en faisant comme d’habitude, en preparant notre plan, en comptant sur la chance et en n’hésitant pas. 

On a envoyé un speeder de commandement qu’on avait récupéré plus tôt sur la porte de la base. Le tout rempli d’engins explosifs. Les soldats de chocs de l’entrée ont pas survécu à l’explosion. 
Un de nous avait réussi à emprunter un TB-TT et jouait à bloquer les autres dans leur hangar. 

On a pu avancer un peu et on est tombé sur l’armurerie.  Du coup on s’est servi un peu et on a pu progresser jusqu’au générateur à fusion. Après avoir provoqué une surtension et généré l’ordre d’évacuation, on a plus eu qu’à aller cueillir notre agent et l’inquisiteur a la sortie. 

On a eu de la chance car malgré son sabre laser, le pauvre gars était pas prêt pour encaisser un gros coup sûr la tête de la part de notre Wookiee. 
Au final on c’est dit qu’on y était aller un peu fort.. Surtout à la fin quand on a fait demi tour pour faire sauter la base.. Mais faut admettre que c’était marrant..." 

Akar Délin, capitaine d'une équipe d'Opération spéciales de l'Alliance Rebelle. 

04 mars, 2017

Episode XI - The art of war


Episode X - The needs of the many


Episode IX - Seed of dissent


Episode VIII - Fight Club


Episode VII - The hunting grounds - Part II


Episode VI - The hunting ground - Part I


Episode V - Ripe for the reaping


23 février, 2017

Au devant des étoiles


 -- Enregistrement effectué par Jo sur la Station relais d'exploration ST10J de la Guilde des spationautes lantiliens --- 2h36 AM.



"- Dès que j'ai pu voir plus loin que le bout de mon nez et les jupes de mes parents, j'ai regardé les étoiles.

Le noir du ciel ne me faisait pas peur à moi. Mes copains me disaient qu'eux ils préféraient les lunes ou nos soleils. 

Moi j’aimais regarder l’espace pas si noir que ça et les étoiles. 

Je me rappellerais toujours la première fois que j’ai pris un transport atmosphérique. Ça avait un « truc ». 

Je passais au dessus des oiseaux, au dessus des villes et des nuages, au dessus des amas de spores rosées dont les couleurs changeaient. 

Même à l’abri derrière la verrière, j’avais la sensation qu’il faisait plus froid. Et puis cette impression de presque décrocher. 

Quand tu vois la courbure et qu’au dessus de toi, elles sont là, TES étoiles. 
C’est magique. 

On s’en souvient toujours pas vrai ?

Et puis plus tard, j’ai pris un vaisseau.. une navette intra-système. 

Aujourd’hui ça serait différent mais à l’epoque c’était pour moi le plus beau vaisseau de la galaxie.

J’ai aimé sa coque tachée, j’imaginais des entrées enflammée en atmosphère, j’aimais ses sièges usés et troués, là où des extraterrestres tellement bizarres avaient du s’assoir. 

Bref, je me rappelle aussi de ce moment. 
LE moment. 
Quand l’appareil décroche de l’athmosphere, quand plus rien ne le retient. 
Qu’il file, qu’il est libre. 

Même maintenant c’est mon moment préféré.

Oui même maintenant.


J’ai beau avoir ouvert des dizaines de routes, vu des étoiles naître et d’autres mourir, vu des fils de lumière traverser les ténèbres et des explosions silencieuses de couleurs uniques au milieux de trous noirs.. 



J'ai beau avoir vu des créatures spatiales de la taille de destroyers, donner la vie dans l’ombre de lunes glacées, des nuages de particules qui semblaient danser sur mes boucliers, entendu des échos de voix mortes depuis des siècles et trouvé des débris d’anciennes stations oubliées, plus que tout, j’aime ce moment de «décrochage ».



À cet instant, on est vraiment libre. 

Tout peut arriver encore. 
Les étoiles sont devant nous. 
Toujours." 

08 février, 2017

Radio Dianoga: Ça picote juste par là.

Alors les Gullipuds? Vous vous reposez bien? C'est tranquille depuis le départ de l'Empire ?

Je suppose que, comme nous, pour fêter ça vous avez repris deux fois du ragoût de bantha de mémé-ça-va-pas-durer? 

Chouette! 

On voulait rappeller qu'ici à Radio Dianoga on a le plus grand respect pour l'Empire. Non sans rire. On l'aime d'amour. 

On les aime tellement nos impériaux qu'on passe notre temps à pas les perdre de vue.
Et vous savez quoi? Notre amour éperdu paye.
 
Vous savez que l'Empire nous a fait un très très beau cadeau il y a quelques semaines?
Il nous a envoyé un Directeur du "je gère des montagnes de crédits et pas que".

Et ce petit coquin de Pa'Zon qui voulait juste le garder pour lui... ta ta ta. C'est pas très sympa tout ça. 

Alors me direz-vous. . Mais ce Directeur c'est qui?
C'est qui?
C'est Kinnal! 

Le seul Directeur du "crédit-gestion-un peu tout qui va poser la question", qui ne vient même pas se présenter à ceux qui auraient bien besoin d'une petite rallonge afin d'être aussi beaux et civilisés que des nucléaires.  

Ici on est tout chafouins de pas pouvoir l'inviter autour d'un lait de bantha pour parler subventions.
Surtout que ça ressemble à un eternel rdv manqué entre nous car il semble que "Monsieur Kinnal qui n'a sûrement pas d'espions" nous cherche activement lui aussi. 

Après un vote solennel dans le studio on en est arrivé à une majo
rité qui pense que Kinnal veut , 
1/des autographes 
2/goûter nos pâtisseries vandels rassies.  

Bon comme on était 2, on vous invite à vous prononcer voir à lui écrire pour le lui demander. 

C'est vrai quoi... vu qu'il est pas occupé à couvrir le secteur d'un réseau d'espions et qu'il distribue pas de crédits à des gens corruptibles, on est sûrs qu'il a sûrement plein de temps pour répondre individuellement à chaque questions qu'on peut lui envoyer. 

Pour s'intégrer quoi... 

Donc Directeur.. pour que tu ne te sentes pas seul et isolé, on te fera un petit coucou régulièrement et des spéciales dédicaces de NHE.
Pas la peine de nous remercier, nous on t'aime déjà. 

--- Transmission terminée. Vous pouvez revenir à vos activités prescrites par le ComPorn ---






22 janvier, 2017

Artas Fowle: Du Sang et de l'Ombre


Propos recueillis par Jo dans une cantina d'Eghoda, 4h17 du matin heure locale

« - Vous voulez que je vous parle de Fowle ? Qu’est ce que vous voulez à Fowle ? Bah après tout c’est pas mon problème tout ça…
Ouais on vous a pas menti… peut importe qui a parlé d’ailleurs… J’ai bien fait partie de son équipage…ouais, ouais…
Hey attendez….Z’etes là pour me tuer ou un truc comme ça ? Parce que je vous ai p’tre bien fait quelque chose, mais j’m’en souviens carrément pas…
Ah non, juste des infos… Des infos je sais pas… il y a ce que je sais, c’est p’tre bien vrai, c’est p’tre de la légende… avec lui on sait pas bien…


Il a été corsaire pendant les guerres noires, un de ceux qu’on engageait dans tous les camps pour des poignées de crédits et des promesses en l’air, son monde, son port d’attache comme on dit, c’était Dilith, le monde forteresse, ouais, ouais… Il était déjà sous le pavillon du Commodore Chalderos.
Voyez qui c’est ? Un Echani… Un type pas trop mal… il connaissait son boulot.
Fowle était un de ses proches, un des plus proches en fait. Un très bon capitaine à l’époque aussi, ouais, ouais…

Lors de la conquête de Tapani, il est vraiment sorti du rang, les gars scandaient son nom. C’était beau… ouais, vous pouvez pas comprendre ça vous. Mais c’était un modèle pour nous.
Au siège de Daffo, il a remis ça. Des gars de tout le cadran venaient pour rejoindre son équipage. Il savait quoi dire, quoi faire. Il avait une flotte dans la flotte en quelque sorte. Et le Commodore était ok avec ça, parce Fowle était un sacré bon élément.

Le truc qui a changé la donne ça a été Taris… Z’etes un peu jeunes vous, mais la révolte de Taris c’était du lourd. Il faisait une descente en navette de débarquement. Les insurgés ont déployé plus vite que prévu l’artillerie sol/air. La navette a été touchée, quasiment désintégrée.

On pensait retrouver rien ni personne… ouais, ouais…

Mais ce gars est plus increvable qu’un gendai. On l’a retrouvé avec une plaque de metal fiché jusqu’à la moitié de son crâne, mais vivant. Ouais vivant.

Il a passé du temps en cuve, j’dis pas. Il a acquis la réputation du Capitaine qui peut pas mourir…qui peut pas mourir…

Il était plus tout à fait le même après Taris, mais on l’serait à moins pas vrai ? Mais Chalderos l’a jamais laissé de côté, non, non. Dès que Folwe s’est remis sur ses pieds il a récupéré le Mauldara, vous savez… son vaisseau.  Et il était plus motivé que jamais. Tout l’enthousiasmait et nous ça nous portait… Vous pouvez pas comprendre ça vous, non, non…



Moi j’ai lâché à ce moment-là, j’venais d’avoir des petits avec ma femme. 7! Fallait viser la securité … mais j’me suis tenu au courant… j’sais pas pourquoi..ouais, ouais…

On a pas compris c’qui lui a pris…. Quand il a décidé de faire ce qui l’a fait. Mais quand les emmerdes sont vraiment arrivées sur Dilith, il a foutu le camp.

Il a déserté et pas proprement.

J’ai cru comprendre que Chalderos y a perdu ses enfants. De bons gars eux aussi.
Il s’est barré au milieu, il a profité de l’occasion, de l’effet de surprise quoi, ouais, ouais…
Il est parti avec son noyau dur et le Maudara.

J’ai appris de contacts qui avaient des amis qui connaissaient peut être des gens… Quoi ? me regardez pas comme ça..
Bref, après il parait qu’il attaquait pas mal de vaisseaux qui fuyaient ou qui battaient en retraite après les grandes batailles. Des mecs qui étaient en sale état et qui allaient tout filer sans trop d’effort…

C’est loin du héros de Tapani ou de Daffo mais ça devait faire entrer pas mal de crédits…ouais, ouais. Il était surtout dans la Bordure…assez loin pour que même après la guerre, aux débuts de l’Empire, il se fasse pas tomber dessus par ceux avec la Roue. Il hésitait pas à piller les vaisseaux de colons d’ailleurs. Le matériel se revends cher il parait.

Là où il est devenu un grand nom dans ce cadran, ça a été à Abridon. Le syndicat de Tenloss c’était dit que l’annexer et récupérer matériel, ports d’attache, esclaves, hommes et vaisseaux, allait être lucratif. Et le syndicat de Tenloss c’est pas n’importe qui et ça vient armer jusqu’aux dents.

Ça a été un massacre, un pur massacre. Mais pas pour lui. Pour Tenloss.

On dit que personne a survécu, sauf ceux qui ont pu fuir suffisamment vite et loin et ont lâché leur loyauté au passage.
Il parait que dans certaines coursives il y avait du sang jusqu’aux chevilles et que Fowle a diné avec les têtes des Capitaines de Tenloss posées dans des assiettes devant lui, ouais, ouais…

J’ai entendu dire que c’est à partir de ce jour-là qu’il a commencé à esquinter la tête de ses lieutenants comme sa tête avait été esquintée mais volontairement cette fois.
Ils sont tous trépanés comme lui, ouais, ouais…

Je sais pas ce qu’il a fait depuis… Pas vraiment. Je sais qu’il a plusieurs colonies qui lui servent de réserve. Il y passe dès qu’il a besoin de liquidités. Ça saigne même plus, ils préparent directement les colis a vrai dire. Il a une flotte qui devient de plus en plus grosse… Beaucoup de gars viennent le rejoindre malgré son…style.


Il a la réputation de faire bien vivre ses gars. On s’ennuie pas quoi.. on a des crédits, des esclaves, de l’alcool, de quoi s’amuser pour plusieurs vies… c’est mieux que de planter du behot dans une ferme pourrie de la bordure…’fin, pour les autres… moi j’ai 41 petits enfants maintenant. Z’aiment le behot eux, ouais, ouais…c’est important ça, ouais, ouais… »

08 janvier, 2017

Au fond du trou, on y est aussi: Le Dianoga ne s'ennuie pas!

Hello mes p'tits rats woomps! Alors ça court, ca feinte? 

Faut faire attention à ce qu'on dit et ce qu'on pense en ce moment! 

Le ComPorn a sorti ses petits soldats du département Régulation ! Ca va chauffer dans les cours d'ecole pour tous les moins de 4 ans qui ne savent pas écrire Palpatine en Haut Galactique! 

Plus sérieusement, on est heureux qu'ils soient enfin actifs ici. On s'ennuyait à tenir des propos consensuels et grâce à eux on va pouvoir passer la seconde. 

Enfin... s'ils sont dispos pour nous hein.. parce qu'il parait qu'ils sont super super occupés. 
A frapper du vieu Duros. Artiste galactiquement reconnu... ouais ouais... Trop regulant. 

Ici on en a deduit que c'est une facon de passer des oeuvres de commande. Ou alors d'appuyer son travail. Ou tuer le temps. 

Donc voilà, on voulait leur dire qu'on attendait d'etre regulés. Avec des menottes. Comme dans les HoloCorpo. 

Enfin s'ils sont pas trop occupés à frapper un vieux,  ou un gamin, ou une femme enceinte, ou un bébé gizka... bref occupés quoi... 

---  Transmission terminée. Vous pouvez revenir à vos activités prescrites par le ComPorn. ---


04 janvier, 2017

Seconde déclaration des Citoyens Libres

Citoyens du secteur Semiryk.

Nous nous adressons à vous tous, sans distinctions d'âge, de sexe, de planète, d'allégeance ou de race.

Notre present est le produit des Guerres Noires et des compromissions que nous avons acceptées pour en sortir.

Le tourbillon qui a frappé nos planètes, nos peuples, notre sang a été d'une grande violence.

Nous avons juré ensembles : Plus jamais ça.

Pour cela nous avons accepté de devenir des théoriciens de la peur, les auteurs de lois et idées assasines, des vecteurs d'exclusions de nos frères, les chaines de ceux que nous avons designés inferieurs.

Pour éviter une nouvelle guerre civile, nous avons reclamé plus de sécurité tout en sacrifiant ce que l'on voulait protéger le plus: notre liberté.

Aujourd'hui nous constatons à quel point la compromission idéologique amène vers la soumission. Nous constatons a quel point la peur finit inexorablement par faire de nous des bourreaux.

Les Guerres Noires se sont terminées sans qu'aucun des deux partis ne triomphe mais surtout, elles se sont terminées en construisant un système émanant de ce qui nous a séparé alors, plutot qu'un système issu de ce qui nous rassemble.

Aujourd'hui, nous Citoyens Libres, nous affirmons que nous en souhaitons plus de compromissions éthique. Nous affirmons qu'aucune situation ne justifie de répandre la peur et la violence.

Nous affirmons que les valeurs d'intégrité et de droiture doivent caracteriser un système politique bien plus que son nombre de destroyers ou d'escouades de soldats de choc.

Nous Citoyens Libres, denoncerons chaque corruption, chaque collusion, chaque abus de pouvoir, chaque tentative de destabilisation du peuple avec tous nos moyens et toute notre force.

Nous nous battrons pour notre systeme politique soit un choix construit, pensé, et desiré. Nous agirons de façon juste et humaine, sans peur, violence ou vengeance.

Nous affirmons que les intérêts des citoyens quels qu'ils soient sont la plus grande des priorités et que chaque acte politique ou militaire sera desormais examiné sous ce prisme moral.

Nous sommes les Citoyens Libres.
Nous ne laisserons personne nous voler notre intégrité.